Équitation thérapeutique

Là aussi, un très vaste sujet. Il se divise en quatre catégories:
1: L’équitation thérapeutique
2: Le sport adapté
3: L’hippothérapie et
4: La croissance personnelle assistée du cheval.


1: L’équitation thérapeutique

L’équitation thérapeutique est un travail d’équipe qui implique typiquement le cavalier, étant une personne handicapé, et le professionel de la santé qui la suit. Dans les faits, sont également impliqués la famille, l’intervenant, le foyer d’accueil ou autres. Ensemble, avec l’instructeur d’équitation, ils détermineront des objectifs et priorités, souvent dans le but premier d’augmenter l’autonomie du cavalier.
Les bienfaits sont innombrables. En voici tout de même quelques uns : elle améliore le tonus musculaire, la coordination, la motricité, la circulation sanguine, la dextérité, l’estime de soi, la gestion de tâche, le respect et la socialisation, et prévient l’incontinence.
Pour offrir ces services en toute sécurité et le plus optimalement possible, il y a aussi l’équipe interne, c’est-à-dire bien sûr le cheval (spécialement entrainé pour cette équitation différente), l’instructeur, et selon le cas, de un à trois INDISPENSABLES bénévoles (eux aussi spécialement entrainés!).


2: Le sport adapté

Ici, le but premier et d’offrir à toute personne le désirant la possibilité de pratiquer l’équitation.
Pour se faire, l’équipement traditionnel peut être adapté. Par exemple les rênes que tiendra le cavalier, ou encore les étriers. La pédagogie s’adaptera aussi au capacité de compréhension de chacun.


3: L’hippothérapie

Ce service est dispensé soit par un physiothérapeute ou un ergothérapeute. Il sera assisté d’un professionnel équin qui se chargera de mener le cheval arnaché aux longues rênes, tandis que des bénévoles assureront la sécurité du cavalier.
C’est une question principalement d’éducation ou de rééducation corporelle. Il s’agit d’utiliser le cheval (entre autre) comme d’un apareil de physiothérapie, jusqu’ici inégalé! Parce qu’aucun autre appareil n’offre ce qu’est le cheval.
Assis passivement sur le dos d’un cheval au pas, le corps humain reçoit les mêmes informations que s’il marchait lui-même. Il subit le même mouvement tridimentionnel, soit de gauche à droite, de haut en bas et d’avant-arrière.
S’y ajoute une multitude de positions (genre voltige adapté!) et d’exercices qui permettent une progression sur plusieurs plans. Bref, tout simplement génial!…

Dans ces trois premiers cas, le service néccesite l’aide de bénévoles. Sans eux, rien de tout ça n’est possible. On ne le dira jamais assez : un GROS GRos gros…MERCI à vous tous!


4:La croissance personnelle assistée du cheval

Ce service est dispensé soit par un professionnel de la santé mentale, un intervenant en relation d’aide ou un travailleur social. Il sera assisté (discrètement) par le professionnel équin en charge des chevaux participants. Il est primordiale que cette équipe soit tissée serré.
Cela s’adresse à toute personne considérant le cheval comme un être sensible et intelligent, et désirant grandir avec son aide. Aussi vaste que ça ! Nul besoin d’avoir de l’expérience équestre. Juste un profond désir d’être avec eux. Même s’il y a peur. Chaque personne est accueillie là où elle est rendue dans son cheminement, guidée et supportée dans ces émotions et écoutée en tout temps.
Le cheval est un miroir émotionnel sans pareil, qui nous ramène au coeur de soi, sans détour. L’expérience se vit dans l’intensité qu’on y met, et ne dépasse pas ce qu’on est capable de prendre.
Étonnamment révélateur et très touchant.

Publicités